l'immédiate
journal d'O. à Tokyo

 

 

sacred silence

19.05.04

les rues pleines, les allées vert de jade des jardins, l'air immense, que l'on croit fendre à chaque mouvement, ou tenir presque entre ses doigts, jusqu'aux grandes cours pavées, une galerie d'eau bleue et brillante, la douce obscurité des salles d'un autre temps - tu as voulu aller voir des estampes, des peintures, tu n'as pas cessé un seul instant de me regarder dans le miroir de verre des vitrines - et encore tout le long du souffle rêveur et puissant des rues, les voitures et les trains, les néons en plein jour, sur le grand pont magique d'Ueno qui est une ville à lui tout seul, dans la clarté chaude et humide de l'été qui s'en vient, côte à côte et tranquilles, vivants et silencieux.

 

avant - après
index - journal
ego -
archives -

© 1999-2006